Patrice Loubier

Professeur
Département d’histoire de l’art, UQAM, Montréal

 

Patrice Loubier est un critique et historien de l’art qui s’est beaucoup intéressé aux formes de la création contemporaine en arts visuels, travaillant notamment sur l’intervention urbaine et l’art dans l’espace public. Parmi les quelques événements qu’il a réalisés comme commissaire, on peut mentionner les Commensaux, programmation spéciale du Centre des arts actuels Skol en 2000-2001 consacrée à ce type de pratiques et dont il est à l’origine avec Anne-Marie Ninacs. Patrice Loubier est professeur au Département d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) depuis 2009, et ses recherches actuelles portent sur les pratiques furtives – objets, signes ou gestes embusqués de façon plus ou moins anonyme dans des cadres a priori non artistiques.

  • Professor
    Department of Art History, UQAM, Montreal

    Patrice Loubier is a critic and an art historian who is specialized in the forms of contemporary creation in visual arts, working in particular on intervention and conceptual based art practices in public space. Among the few events he carried out as a curator, one may mention Les Commensaux, a special programming of the Centre des arts Skol in 2000-2001 devoted to this type of practice, which he started at first with Anne-Marie Ninacs. Since 2009, Patrice Loubier is a professor at the Department of art history at UQAM and his current research focuses on the furtive practices – the objects, signs, or gestures that somewhat secretly and anonymously ambush their audiences in various public spaces.

 

Des arts publics furtifs, ou quand la vie fait de l’art d’intervention

De nouvelles pratiques, on le sait, ont contribué dans les dernières décennies à transformer profondément la compréhension que nous avons de l’art public. Or, ces pratiques, qu’on les qualifie d’in situ, d’interventionnistes, d’infiltrantes ou de participatives, ne sont pas le fait des seuls artistes, elles émanent aussi d’acteurs et de secteurs d’activité fort divers (citoyens, activistes, créateurs amateurs ou indépendants, street artists, etc.). Pour rendre compte des « nouveaux enjeux » qui se développent aujourd’hui en art public, il faut donc élargir notre perspective en examinant aussi bien les manifestations de cette créativité élargie et diffuse que sont par exemple le shopdropping, le tricot-graffiti, le passe-livres ou l’embellissement urbain clandestin que les productions diffusées au titre même de l’art (soit dans le cadre de l’exposition ou de la commande). C’est à cet exercice que se livrera la présente conférence, en mettant notamment l’accent sur la dimension furtive commune de divers projets d’intervention artistiques et de ces activités, afin de montrer comment des affinités procédurales significatives lient ces pratiques par-delà les frontières institutionnelles qui les séparent. Vidéo.

  • Furtive Public Art, or When Life is the Art of Intervention

    In recent decades, new practices have contributed to profoundly transform our understanding of public art. However, these practices whether called in site-specific, interventionists, infiltrating or participatory, not only as a result of the artists, but in view of the various key partners from different cultural sectors such as citizens, activists, amateur and independent creators, street artists, etc. To account for the new issues that are now emerging from public art, it is thus necessary to broaden our perspective by exploring the demonstrations of this wide-ranging and diffuse creativity that are for instance the shopdropping, the graffiti knitting, the bookcrossing or the urban beautification akin to productions displayed under the same art (either through exhibition or on commission). This will be the objective of this conference, where one has to draw attention to the common furtive aspect of various artistic interventions in order to show how significant procedural affinities bind these practices across the institutional boundaries that separate them. Video.